Le livre

Mon introduction : blbalblablablablablbalblablabl ablablbalblablablablablbalblablablablab lbalblablablablablbalblablablablablbalblablablablablbalblabl ablabla

Rouen Bizarre

En octobre 1888, Amédée Fraigneau, journaliste au Nouvelliste de Rouen, publie chez Schneider Frères, éditeur installé rue Jeanne d’Arc, un ouvrage sur les bas-fonds de la ville, ses vagabonds (les « Soleils ») et ses « métiers bizarres ». Préfacé par Georges Dubosc, l’ouvrage reçoit le titre quelque peu racoleur de « Rouen bizarre ». Le texte se veut un reportage, que l’on cite souvent depuis, dès lorsqu’il s’agit d’évoquer l’aspect de la ville à la fin du XIXe siècle.

Cependant, Rouen bizarre nous livre-t-il véritablement un reflet des quartiers pauvres de la capitale normande ? Écrit par un journaliste, il s’inscrit dans un phénomène éditorial, celui des « guides et descriptions des bas-fonds », dont le genre fait florès à Paris. À travers des brochures aux titres évocateurs, telles que Paris étrange, Paris horrible et Paris original, Une nuit de Paris, au pays du vice et de la misère, le lectorat se procure quelques émotions fortes, où se mêlent curiosité, effroi, attrait exotique de la misère et désir de transgression.

nom de l'auteur, titre, date, technique : détail de la rue Robec, source : Gallica /BnF
nom de l’auteur, titre, date, technique : détail de la rue Robec, source : Gallica /BnF

Littérature pittoresque

Fruit d’une formule éditoriale bien rodée, dont les racines remontent au XVIIIe siècle, ces ouvrages s’autoalimentent en anecdotes sordides, en descriptions pittoresques et en figures stéréotypées, que l’on retrouve d’un texte à l’autre. Ainsi, lorsque l’historien démêle l’écheveau du récit, il en tire bien plus d’enseignements sur l’image que se faisaient les élites intellectuelles du petit peuple que d’informations sur le petit peuple en lui-même.

Dès lors, quel crédit accorder à Rouen bizarre ? Est-il vraiment un moyen pour lecteur moderne d’approcher le Rouen disparu ?

Moulin de Saint-Amand sur le robec, photographie de Frédéric BISSON,
Moulin de Saint-Amand sur le robec, photographie de Frédéric BISSON, CC-BY 2.0

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s